La formation, ce puits sans fond ?

La série de l’été Learning Boost continue ! Après un premier article sur l’auto-positionnement et son intérêt, nous vous avons exposé un premier cas d’usage, celui du baromètre

Aujourd’hui, focus sur l’auto-diagnostic dans la formation. Comment permet-il de mesurer son efficacité et son ROI ? Une question qu’on nous a souvent posée et à laquelle nous tentons ici de répondre. Si les directions des entreprises hésitent à investir dans la formation, c’est généralement parce qu’elles ne parviennent pas à voir concrètement quel est leur impact. Mais il existe des moyens de mettre des chiffres derrière les actions de formation. L’un d’entre eux est l’auto-diagnostic.

Pour illustrer nos propos, nous vous partageons le retour d’expérience d’Orange qui a mis en place une démarche d’auto-positionnement dans le cadre de la création d’une nouvelle filière métier.  

L’auto-diagnostic dans la formation, pour quoi faire ?

Vous l’aurez sans doute compris, l’usage de l’auto-positionnement est multiple. S’il permet d’évaluer à un instant T la maturité des répondants sur un sujet stratégique clé, on peut également l’utiliser afin de mesurer l’impact des actions de formation. Dans ce cas, le processus se déroule en deux phases. 

D’abord, en amont de la formation, les collaborateurs répondent à un premier questionnaire pour que les équipes L&D et/ou RH puissent : 

  • Analyser la maturité des apprenants par rapport à un référentiel de compétences                   
  • Identifier des écarts de compétences                                                                                                             
  • Faire prendre conscience aux participants de la transformation de leur métier et de l’importance de l’auto-formation pour évoluer vers leurs nouvelles responsabilités
  • Les rendre acteurs de leur montée en compétences 
  • Personnaliser l’offre de formation en fonction de leurs besoins individuels

Puis le même questionnaire est envoyé une deuxième fois aux mêmes collaborateurs, en aval de la formation pour :    

  • Mesurer la progression des apprenants et donc l’efficacité de la formation
  • Evaluer la mise en pratique des comportements observables et des connaissances acquises en situation de travail
  • Adapter le programme de formation en fonction des résultats observés

L’auto-positionnement est donc une aide précieuse au développement de la stratégie de formation. Il permet de concevoir des parcours réellement adaptés aux besoins de l’entreprise et de ses collaborateurs. 

Vous doutez encore de votre capacité à convaincre de l’impact des actions de formation au sein de votre organisation ? Nous vous faisons part du témoignage de notre client Orange, qui a fait appel à Learning Boost pour former plus de 1000 collaborateurs à une nouvelle filière métier. 

L’auto-diagnostic : point de départ pour former à un nouveau métier 

Le géant français de la télécommunication Orange met un point d’honneur à prendre soin de la relation avec ses clients. C’est dans cette optique qu’il crée la filière “Devenir spécialiste”, visant à améliorer l’expérience client. Qui dit nouveau métier, dit formation. Comme l’explique Laurence Ouzilleau, Responsable du Pôle innovations pédagogiques chez Orange, “la création de cette nouvelle filière de spécialistes s’accompagne d’un plan de formation ambitieux”. Avant de lancer les futurs spécialistes dans cette nouvelle aventure, le Groupe a déployé Learning Boost dans le souci de “déclencher une véritable prise de conscience chez [les] apprenants, leur faire toucher du doigt concrètement le fait que leur métier change et qu’il sera nécessaire de développer de nouvelles compétences”, précise Laurence Ouzilleau.

En effet, en prenant du recul sur leurs compétences, ils apprennent à développer leur posture réflexive et à faire le bilan sur leur niveau de maturité concernant des compétences clés pour leur évolution professionnelle.

Avec un taux de complétion de plus de 90%, Orange a pu collecter de précieuses informations grâce à Learning Boost. Si “le questionnement puis la restitution du profil individuel servent à déclencher des prises de conscience”, le tableau de bord permet de son côté de “suivre en temps réel le déploiement, de filtrer par régions, par sites, ou sessions de formation” (Laurence Ouzilleau). 

Actuellement, nous menons la deuxième phase de Learning Boost avec Orange. En effet, les apprenants ont terminé la formation et passent désormais le deuxième questionnaire. La suite au prochain épisode…

Pour retrouver le témoignage complet d’Orange, rendez-vous ici.